Le droit et les paradoxes de l’universalité, Par Danièle Lochak

par Danièle LochakPUF, collection « Les voies du droit » 

L’ouvrage

La forme prise, en France, par les controverses sur la parité ou la discrimination positive, sur le port de signes religieux à l’école ou sur les statistiques ethniques a mis en lumière la dimension idéologique et même polémique de la notion d’universalité qui a servi de toile de fond à ces débats entre les tenants du « modèle républicain » universaliste et ses détracteurs.

L’universalisme abstrait hérité de la Révolution française qui s’exprimait dans l’affirmation que « la loi doit être la même pour tous » cède progressivement du terrain face à une conception plus exigeante de l’égalité qui ne se satisfait pas de l’égalité en droit. Il est parallèlement remis en cause par les revendications des groupes minoritaires qui réclament non seulement un accès effectif à l’exercice des droits universels mais aussi la reconnaissance de leur identité propre. L’universalité des droits de l’homme proclamée en 1948 comme une évidence est contestée au nom du pluralisme culturel. L’émergence du concept d’humanité en droit international, expression d’un universel aux dimensions de la planète, trouve ses limites dans la résistance des États souverains.

Le droit fait ainsi apparaître les tensions et les paradoxes qui traversent la notion d’universalité. Cet ouvrage a pour ambition d’inviter à une relecture de l’universalité à la lumière du droit.

Table des matières

Introduction

I. — Saisir l’universalité

  • De la définition au concept
  • Une vision du monde
  • L’universel dans le champ du droit

II. — Quelle universalité pour quelle égalité ?

  • L’universalité, gage d’égalité : une règle « aveugle aux différences »
  • Nommer pour protéger : la désignation des groupes vulnérables
  • L’universalité formelle du droit, obstacle à l’universalité effective des droits

III. — L’universalité à l’épreuve des appartenances identitaires

  • Des droits des minorités au multiculturalisme
  • Une gestion pragmatique des différences

IV. — L’universalité des droits de l’homme : évidence ou mystification ?

  • D’une déclaration à l’autre
  • L’universalité confrontée au pluralisme des cultures
  • L’écran étatique

V. — La résurgence de l’humanité comme figure de l’universel

  • L’humanité victime
  • L’humanité solidaire
  • Un droit cosmopolitique ?

Conclusion. — Une universalité paradoxale


Danièle Lochak est professeur émérite de droit public à l’université de Paris Ouest Nanterre- La Défense.

This entry was posted in Activités scientifiques, Actualités du CREDOF, Le droit et les paradoxes de l'universalité, Publications and tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.