La liberté d’expression face au racisme, un livre d’Amélie Robitaille-Froidure

Paris, L’harmattan, 2011

Consacrée de longue date et considérée comme étant l’ « un des droits les plus précieux de l’Homme » (Article 11 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen, 1789), la liberté d’expression doit cependant être conciliée avec d’autres droits et libertés parmi lesquels le droit à être protégé contre le racisme.

Une fois énoncée, la liberté d’expression peut être mise en œuvre de manières diverses : la France et les Etats-Unis offrent des exemples significatifs des deux conceptions dominantes au sein des démocraties modernes. Bien que ces distinctions tendent aujourd’hui à s’estomper, les systèmes français et américain appréhendent de manière distincte la conciliation de la liberté d’expression et du droit à être protégé contre le racisme. Alors qu’en France la prohibition des discours raciste et négationniste est largement admise, seule la provocation raciale peut se voir encadrée aux Etats-Unis.

Si les différences dans la manière d’appréhender la conciliation de la liberté d’expression et du droit à être protégé contre le racisme en France et aux Etats-Unis ne posent, en théorie, aucun problème, ces deux systèmes juridiques tendent néanmoins à interagir. Les conceptions française et américaine ne sont plus, à l’heure actuelle, circonscrites territorialement. Dès lors, les différences constatées dans la mise en œuvre de cette conciliation peuvent se révéler problématiques.

Cet ouvrage est la publication du Mémoire d’Amélie Robitaille présenté dans le cadre du Master 2 « Droit de l’homme ». Il a été honoré du Premier prix (ex aequo) du Centre Français de droit comparé.


 

This entry was posted in Actualités du CREDOF, La liberté d’expression face au racisme, Publications. Bookmark the permalink.

Comments are closed.